Temps de lecture estimé à 4 minutes

#9 Beverly Johnson, l’activiste

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Miss Beverly Johnson est l’une des activistes les plus connus dans le domaine de la mode. Elle a énormément combattu pour la cause noire. Revenons sur son parcours inspirant.

Beverly Johnson est née le 13 octobre 1952 à Buffalo, NY. Fille d’un père électricien et d’une mère technicienne en chirurgie, elle a étudié la justice pénale à la Northeastern University, c. 1969-1972 et  a étudié le jeu d’acteur avec Lee Strasberg.

Beverly a commencé sa carrière mannequin en 1971. Après une apparition dans Glamour, elle devient la première afro-américaine à figurer sur la couverture de American Vogue en 1974. Elle réussi l’exploit de faire la couverture de French Elle l’année suivante. Elle fini par enchainer les publicités télévisées et imprimées. Elle fît la couverture de plus de 200 magazines. A travers ses publicités, Beverly se découvrit une passion pour le cinéma. 

Beverly Johnson entama donc une carrière d’actrice et fît plusieurs apparitions : Deadly Hero, 1976; Le baron, 1977; Ashanti, 1979; L’homme de météorite, 1993; Arme chargée de Lampoon’s National, 1993; Un déguisement brillant, 1994; Crossworlds, 1996; True Vengeance (communiqué vidéo), 1997; Comment être un joueur, 1997; 54, 1998; Down ‘n’ Dirty, 2000; Carrefour, 2002; Red Shoe Diaries 15: Zone interdite (communiqué vidéo), 2002.

Elle finit par sortir un livre à succès : True Beauty, Les secrets de la beauté radieuse pour les femmes de tous âges et de toutes les couleurs en 1994.

En tant que femme d’affaires, elle devient porte-parole de Marine Optical en 1995, conçoit une ligne de bijoux de fantaisie en 1998, une ligne de perruques, un système de soin de la peau Beverly Johnson, sa propre poupée et d’autres produits. Elle fût également porte-parole de la santé utérine en 1999.

Feux de position

Johnson a utilisé son succès comme modèle pour devenir un défenseur de plusieurs problèmes sociaux.

En effet, à ses débuts elle a postulé à la célèbre agence de mannequins Ford, mais a été refusée. Johnson s’est ensuite tourné vers une agence de mannequins spécialisée dans les modèles afro-américains, Black Beauty. Cette entreprise n’était pas non plus intéressée par la signature. Finalement, Johnson se rendit au magazine Glamour en 1971. Elle entra dans le bureau et fut immédiatement embauchée pour un tournage. La question a ensuite établi des records de vente.

Cependant, dès le premier gros boulot, on a dit à Johnson de perdre du poids. Elle pesait environ 65 kg à l’époque. Elle s’est énormément battu pour atteindre les standards exigés. Son apparition en tant que première mannequin afro-américaine pour Vogue aux États-Unis a été l’un des moments forts de sa carrière. Elle a été citée sur le site Internet de la ligne de vêtements Peter Nygard Signature: « Devenir le premier Afro-Américain à avoir fait la couverture du magazine Vogue en août 1974 était un mouvement historique, la barrière de couleur était brisée. » Miss Johnson brisa ainsi chacune des barrières de couleurs qui existait.

 À l’époque, elle a confié : « Je vois l’inspiration des femmes noires se soulever de partout lorsqu’elles me regardent et c’est un sentiment super. »

Elle fini par signer finalement avec l’agence Ford et était l’un des mannequins les mieux payés du secteur. Johnson se considérait comme plus qu’un simple modèle noir.

Inspiration

 En 1994, Berverly publia True Beauty: Les secrets de la beauté radieuse pour les femmes de tous les âges et de toutes les couleurs. Ce livre était un guide de la beauté intérieure et extérieure destiné à un public minoritaire, y compris les Afro-Américains et autres. Johnson l’a écrit pour aborder des problèmes d’estime de soi ainsi que des sujets liés à l’apparence physique propres aux femmes appartenant à des minorités, notamment les problèmes de blanchiment  de peau. Johnson a inclus des photos de nombreuses femmes dans sa vie, y compris sa fille et sa mère.

Activiste santé

À partir des années 1980, elle a travaillé comme militante contre le sida. Une partie de son activisme était liée à ses propres problèmes de santé. En 1997, elle déclara publiquement qu’elle souffrait d’attaques de panique depuis de nombreuses années, à commencer par l’université. Au début des années 2000, Johnson a annoncé qu’elle avait subi une hystérectomie dont elle n’avait probablement pas besoin. Elle est devenue un porte-parole rémunéré de Johnson & Johnson au cours d’une campagne d’information sur la santé utérine.

Johnson a déclaré qu’elle avait déjà eu des problèmes de fibromes dès 1997, mais que la douleur persistante avait entraîné l’hystérectomie. Elle souhaitait que les autres femmes soient informées de leurs choix, notamment du fait qu’une hystérectomie conduirait à une ménopause complète. Reconnaissant ses contributions au monde de la mode et de l’activisme, le président Bill Clinton l’a nommé  ambassadrice de bonne volonté auprès du secteur de la mode à la fin des années 1990.

Beverly a confié au magazine More: « J’ai eu ma crise de la quarantaine à vingt-six ans. C’est l’âge auquel un mannequin commence à ressentir la pression d’être dépassé. Par conséquent, alors que les femmes qui ont quarante ou cinquante ans ont maintenant l’ai déjà fait.

De son parcours assez compliqué mais très riches, Beverly Johnson ne cesse d’inspirer les femmes noires de par le monde.

Alexandrine Hantz

Alexandrine Hantz

Rédactrice

Miss Yawa | Blogueuse mode & Culture | Présentatrice | Féministe 25.0 |Touche à tout | Freelance | Fan des aurores boréales | Bienvenue dans mon espace 5.0 !

Fermer le menu