Temps de lecture estimé à 2 minutes

Culture et IA : Partie 2 , cas de l’Afrique

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dans l’article précédent, on évoquait l’harmonie que doit avoir l’intelligence artificielle avec le domaine de la culture. Mais est-il possible en Afrique ?  Nous connaissons très bien notre attachement pour la culture et l’on a déjà du mal à accepter la technologie.

L’UNESCO avait soulever le problème durant un forum dont les résultats ce sont axés sur 4 points principaux : 

  1. la promotion de l’intelligence artificielle en Afrique en tant que levier de développement ; 
  2. l’encouragement de la coopération régionale africaine et la promotion d’un cadre éthique pour l’intelligence artificielle en Afrique ; 
  3. l’influence des stratégies nationales susceptibles de maximiser le potentiel de l’IA en Afrique ; 
  4. la mise en place d’un Forum africain des associations d’intelligence artificielle en Afrique.

Et ce dans tous les domaines prioritaires des ODD ( santé, éducation, …). Mais le socle le plus important, la culture, semble avoir été oublié. A en croire cet article du Monde sur la créativité africaine dopée par l’intelligence artificielle, celle ci permettrai de trouver uniquement des solutions « sociales ». première place accorder à l’ordre humanitaire. On peut en être d’accord. Mais et si on regardait les choses d’un autre angle ?

Une fusion IA - Culture pour le développement ?

Dans la culture, l’intelligence artificielle peut aussi contribuer à la sauvegarde du patrimoine culturel et naturel.

Il peut permettre  de contrôler du trafic illicite ou de la surveillance, des sites classés au patrimoine naturel ou labellisés réserves de biosphère.On peut l’utiliser durant les manifestations culturelles pour promouvoir de manière plus efficace notre domaine.

L’IA peut permettre aux créateurs africains, très manuels, de numériser les pièces uniques.

Grâce à l’IA, le secteur culturel peut se développer au point de contribuer de manière très importante au PIB d’un pays. On peut ainsi investir dans d’autres domaines via.

Si l’IA suscite beaucoup de fascination et de craintes. Elle reste une opportunité pour l’Afrique qui a raté le coche de la 3e révolution industrielle et qui aujourd’hui a toutes les compétences pour rattraper son retard à travers l’intelligence artificielle.

Qu’en ais t-il de mon pays le Togo ? Que puis-je faire en tant que femme de la Culture ? RDV dans la partie 3 !

Alexandrine Hantz

Alexandrine Hantz

Rédactrice

Miss Yawa | Blogueuse mode & Culture | Présentatrice | Féministe 25.0 |Touche à tout | Freelance | Fan des aurores boréales | Bienvenue dans mon espace 5.0 !