Temps de lecture estimé à 3 minutes

Nos langues, nos vies

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Ma langue, propre à moi, est ce qui me différencie de l’étranger et me rapproche de mes frères. Ma langue, propre à moi résume ma vie. Dans cet article intitulé « Nos langues, nos vies » nous aborderons l’importance de garder une place majoritaire à notre culture, plus précisément notre langue dans ce que nous pourrons appeler notre « évolution sociale ».

En effet très jeune, nous avons d’ores et déjà baigné dans notre langue maternelle qui nous ai inculquée dès la naissance. Malgré nos efforts pour garder notre langue dite locale en première position, les études nous imposent une nouvelle langue pourtant étrangère. Car celle-ci appartient à l’histoire de notre pays. Dans la plupart de nos pays, nous,fils et résidents de l’Afrique, nous basons sur une histoire d’appropriation territoriale et culturelle. Pourquoi devrions nous toujours faire comme la colonisation nous l’a imposé? Au Bénin, un programme permettant d’étudier aux élèves en langue locale a permis d’améliorer les résultats de 80%.

Depuis la nuit des temps, l’étranger s’approprie des droits de changer, de renommer et d’instaurer ce qui a un effet écrasant sur nos cultures. De plus toutes ces actions ont pour but de nous diviser pour leur permettre de mieux régner.

Revenons à aujourd’hui. Pourquoi nous moquons nous de celui qui fait des erreurs en français? Pourquoi avons nous honte de parler notre langue face aux étrangers? et même entre nous lorsque l’on se rencontre sur une terre étrangère? Avons nous déjà vu un roumain vivant à Londres parler anglais à son frère qu’il vient de rencontrer? non, il lui parle Roumain!

Notre culture est bien plus belle car nous détenons: le pouvoir des couleurs, la magie des perles traditionnelles, la beauté des pagnes tissés et surtout la beauté de nos langues. Nous détenons une gestuelle remarquable qui nous rend célèbre dans les quatre coins du monde. Mais pourquoi sommes-nous tant concernés par l’appropriation culturelle exercée par l’Occident sur nous ? Notre indépendance ne devrait-il pas inclure la liberté d’utiliser nos langues?

Dans une étude menée en 2005 dans quelques entreprises marocaines, 82% des salaries affirment n’utiliser principalement que le français. En complément de ce chiffre 72% affirment utiliser le français toujours ou même souvent.

Notre réelle identité se trouve dans notre culture, dans notre langue et nous devons la préserver. Sinon,  à cette allure, nos dialectes et langues locales seront bientôt en « voie d’extinction » : moins nous les utiliseront et beaucoup vite nous les oublierons. Cas de notre chère diaspora africaine étendue de part et d’autre de la Terre. 

Si l’on finance autant la francophonie, c’est parce qu’ils ont compris que le français est vital. Nous devons comprendre également que notre langue a la même valeur que notre vie.  Ne nous fondons plus dans la masse, notre identité est aussi lourde que celle des autres. Il n’y a aucune raison d’en avoir honte.   

Vivons libre de nous affirmer et d’affirmer le bagage culturel que nous avons acquis depuis notre enfance et peu importe où nous nous trouvons. Nos langues sont nos vies car sans elles une partie de nous s’éteint.

Écrit par Vanessa Johnson.

Alexandrine Hantz

Alexandrine Hantz

Rédactrice

Miss Yawa | Blogueuse mode & Culture | Présentatrice | Féministe 25.0 |Touche à tout | Freelance | Fan des aurores boréales | Bienvenue dans mon espace 5.0 !

Fermer le menu